Pays Baltes

Estonie, Lettonie et Lituanie

Accueil > Economie > Les Lettons et la Politique Agricole Commune

Les Lettons et la Politique Agricole Commune

Dossier spécial par le service de la communication du MAAPAR

Les Lettons ont assez mal accueilli les quotas de production annoncés par l’Union européenne, qui se réfèrent à la période 1997/1999. Pour le lait, par exemple, ils souhaitaient doubler les 500 000 tonnes fixées par Bruxelles. En revanche, le gouvernement a accepté le niveau d’aides proposé aux nouveaux candidats : les 25 % des aides directes européennes que les agriculteurs lettons ont touché en 2004 représentent plus de trois fois ce que l’État leur versait précédemment.

La Lettonie, un pays façonné par la ruralité

La Lettonie est l’un des trois États baltes, encadré par les deux autres, et situé sur la rive orientale de la mer Baltique. Elle est bordée par la Lituanie au sud et l’Estonie au nord, et possède des frontières avec la Russie et la Biélorussie à l’est. D’une superficie de 64 600 km2, la Lettonie est divisée en quatre régions historiques et culturelles : Kurzeme (Courlande) à l’Ouest, Zemgale au Sud, Vidzeme (Livonie) au centre et au Nord, Latgale à l’Est. La caractéristique géographique principale de ce pays réside dans ses 531 km de côtes très découpées et ses trois principaux ports, Ventspils, Riga et Liepaja, pratiquement toujours libres des glaces à la saison froide. A l’intérieur, un relief plat (le point culminant se situant à 312 mètres) est couvert pour moitié de forêts de pins et de bouleaux, et de 500 lacs environ. Le climat est de type continental, tempéré par les influences maritimes. Les étés sont souvent chauds, avec plus de 25°, mais le thermomètre peut descendre jusqu’à -20°C et au-delà en hiver. La pluviométrie est de l’ordre de 600 mm en moyenne. Aujourd’hui, près de 70 % de la population vit dans les villes, dont environ 800 000 à Riga, la capitale. Viennent ensuite les villes de Daugavpils (112 000 hab.), Liepaja (84 000 hab.) et Jelgava (71 000). Pays le plus pauvre de l’Union européenne élargie, la Lettonie connaît cependant une forte croissance...

En dehors du bois, qui représente 33 % de ses exportations, la Lettonie ne dispose pas de nombreuses ressources naturelles. Elle est le plus pauvre des trois États baltes, et son pouvoir d’achat, malgré une récente progression, demeure le plus faible de l’Union européenne à 25. Elle a cependant connu la croissance la plus forte des pays d’Europe centrale et orientale en 2001 (7,8 %). En 2002, sa croissance économique atteignait 5,8 %. Son développement est porté par les investissements, notamment étrangers, et par les échanges commerciaux qui représentent 75 % du Produit intérieur brut (PIB). En plus du bois, le pays exporte des produits textiles (12,6 % des exportations), ainsi que des produits agroalimentaires, dont l’industrie doit encore s’adapter aux normes européennes. En 2002, le volume des transactions avec l’ensemble de l’Union européenne représentait près de 60 % du total des échanges. Avec 2,8 % de parts de marché en 2003, la France, au 12ème rang des fournisseurs et des clients du pays, est loin derrière l’Allemagne, premier partenaire commercial. La Lettonie absorbe ainsi 0,05 % des exportations françaises. La croissance des exportations françaises de produits agroalimentaires observée depuis plusieurs années s’inverse pour la première fois en 2003 avec une baisse de 3,7 %, principalement en raison d’une diminution des ventes de spiritueux. L’agroalimentaire ne représente ainsi que 16,4 % des exportations. La Lettonie est un tremplin potentiel vers l’énorme marché de la Communauté d’États indépendants (CEI), en raison de ses frontières communes avec la Russie et la Biélorussie. Riga, surnommée la perle de la Baltique, une ville réputée depuis des siècles pour son port de commerce, est ainsi l’une des fenêtres de l’Europe pour le commerce de marchandises venant notamment de Russie.

L’agriculture : un acteur majeur sur le déclin

La contribution de l’agriculture à la croissance économique du pays décroît, et ne représente plus aujourd’hui que 4 % du Produit intérieur brut (PIB). La raison principale en est le déclin de la pêche, un secteur important pour l’exportation (3,2 % des exportations totales). La part totale des produits du secteur de la pêche dans l’économie lettone a chuté de près de 50 % entre 1996 et 2001.

Mais l’agriculture garde toujours un rôle majeur dans l’économie lettone. Ce secteur occupe 15,1 % de la population active et 38 % du territoire.

Des petites structures

Secteur traditionnel de l’économie du pays, l’agriculture lettone se caractérise par de petites structures et une forte autoconsommation. Le secteur animal est prédominant (lait, porc, volaille). Les principales productions végétales sont le blé, l’orge, le colza, le seigle et la pomme de terre. Le secteur des fruits bénéficie d’un potentiel, notamment en pommes et fruits rouges.

Les exploitations familiales, d’une vingtaine d’hectares, représentent un tiers des structures foncières. La majorité sont des petites fermes vivrières. Il y a relativement peu de formes sociétaires (un millier) dont la taille moyenne avoisine les 500 ha. L’élevage (bovin et porcin) a chuté en volume de deux tiers et les cultures (céréales, pommes de terre, betteraves) de près d’un tiers. Ainsi, près de 30 % de la surface agricole ne sont aujourd’hui plus utilisés.

© vendredi 1er avril 2005
par Patrick S.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.