Pays-Baltes.com

Accueil > Culture > ’Solitude à deux’, le théâtre Lituanien

’Solitude à deux’, le théâtre Lituanien

XII EME FESTIVAL LES BORÉALES / 22 - 23 novembre 2003

Figure montante du théâtre européen, le Lituanien Oskaras Korsunovas est largement reconnu en France où il a déjà présenté Le Maître et Marguerite et Visage de feu. Le festival Les Boréales est heureux de le recevoir cette année pour ’Solitude à deux’, une création théâtrale et musicale inédite. Une première française et un des événements du festival.

Oskaras Korsunovas

Oskaras Korsunovas est né en 1969 à Vilnius. Il a suivi les cours d’art dramatique du Conservatoire national de Vilnius puis travaillé comme metteur en scène au Théâtre national de Lituanie dès 1990.
Le théâtre d’Oskaras Korsunovas est nerveux, vif, électrique, toujours dans le feu de l’action. C’est un théâtre où le physique l’emporte sur la psychologie. Il l’a encore prouvé lors de sa récente mise en scène Visage de feu de Marius von Mayenburg, une tragédie familiale féroce, encerclée par la folie. En 2000, il avait présenté à Avignon Le Maître et Marguerite, livrant là encore une lecture très singulière du texte de Boulgakov. Depuis ses vingt ans, en1990, Oskaras Korsunovas impose donc un style qui a rapidement fait de lui l’étoile montante du théâtre lituanien. Il a monté la plupart de ses spectacles au Théâtre national de Lituanie. Les premières mises en scène d’Osakras Korsunovas furent jouées quelques jours après la proclamation de l’indépendance du pays en 1990. Il n’hésite pas alors à monter une trilogie d’auteurs jusqu’alors maudits par l’Union soviétique dont Daniil Harms et Vedensky. Ces actes emblêmatiques sont suivis de beaucoup d’autres comme son travail sur la pièce contestataire de l’auteur lituanien Sigitas Parulskis, P.S. Dossier O.K. en 1999. Il a toujours monté un théâtre en prise avec la société mêlant critique et aspiration métaphysique. Le théâtre a, pour lui, « besoin d’un fruit défendu » et « n’est actuel que lorsqu’il se fraye un chemin à travers des zones interdites ».
Depuis l’indépendance, la création artistique cherche un nouveau souffle. Il faut à l’artiste trouver son propre espace de résistance et des « sujets interdits ». À l’époque de l’occupation soviétique, l’interdiction constituait la principale source d’inspiration des créateurs et la source d’intérêt du public. Les créations théâtrales reflétaient les problèmes et les questionnements de la société. Le théâtre servait d’espace de résistance spirituelle, de lieu de manifestation silencieuse. Généralement même si le théâtre lituanien a été fortement influence par les écoles de théâtre russes, la place de l’acteur y est différente. Les Russes ont cultivé la culture de la parole alors que le théâtre lituanien est plus introverti, les émotions sont cachées, intérieures. Il est davantage un théâtre de l’image, de l’action, de la forme.
Pour Solitude à deux, Oskaras Korsunovas s’appuiera sur le texte de Sigitas Parulskis publié aux PUC et sur la composition musicale de Gintaras Sodeika jouée par l’Ensemble, pour créer une pièce inédite en France.
À noter : à l’occasion des Boréales, les Presses Universitaires de Caen publieront un recueil d’articles et de textes critiques, Le Théâtre d’Oskaras Korsunovas.

Gintaras Sodeika

Depuis 1990, Gintaras Sodeika collabore avec Oskaras Korsunovas, en composant les musiques pour la majorité de ses productions dramatiques. Ensemble, ils attribuent un nouveau rôle à la musique dans leurs performances.
En 1998, Gintaras Sodeika était reconnu comme le meilleur compositeur de musique de théâtre de Lituanie. En 2003, il a été nommé vice-ministre du ministère de la culture lituanien.
Au début de sa carrière, le travail de Sodeika était non conventionnel, fait de happenings, d’installations sonores, de compositions instrumentales pour le théâtre. Un autre panel du travail de Sodeika, proche de la musique de théâtre, concerne la musique de chambre conventionnelle vocale, chorale et symphonique. Son travail reste emprunt d’une certaine théâtralité, associant parfois la culture pop contemporaine.

Solitude à deux de Sigitas Parulskis

Un homme et une femme racontent leur[s] histoire[s]. Dialogues, poésie et drame se mêlent, dans une éventuelle chambre d’hôtel, dans un jardin public, dans un train... L’[im]possibilité d’aimer et le manque d’amour - à travers le récit d’un premier amour, d’un amour de jeunesse, d’un amour mûr - ponctuent séparations et rencontres. La solitude est éclaircie par quelques moments de fougue, de désir.

L’Ensemble

Dirigé par Dominique Debart, L’Ensemble, orchestre régional de Basse-Normandie sait être présent en région comme sur les scènes nationales et internationales. Cette formation composée de dix-neuf musiciens permanents développe aussi des projets très diversifiés : collaboration avec le théâtre dramatique et lyrique, le cinéma, la danse. Des actions pédagogiques sont créées en direction des collèges, lycées et universités. Toujours en quête d’originalité, l’Ensemble veut étendre sa vision de la musique, élargir son répertoire, explorer des mondes nouveaux et devenir l’initiateur de rencontres esthétiques, parfois inattendues.

En collaboration avec l’Ensemble, orchestre régional de Basse-Normandie, pour la partition du compositeur lituanien Gintaras Sodeika.

Entrée : 8/12/16 Euros.

Lieu :

- Centre dramatique national
- Square du Théâtre
- 14203 Hérouville Saint-Clair
- Téléphone : 02 31 15 36 40

Horaires : 20h30
22 et 23 novembre 2003

Organisation : Centre régional des Lettres de Basse-Normandie

© dimanche 23 novembre 2003, par Pays-baltes.com